Techinfocomm 2008 – Sommaire

Bienvenue!

Voici les liens permettant d’ouvrir directement un article ou un autre dans une nouvelle fenêtre! L’autre possibilité est de dérouler la page, ils sont publiés dans le bon ordre, ou de vous référer aux catégories et aux tags dans la colonne de droite…

Pour l’analyse du site Web 2.0 (site choisi: « De Source Sûre« ):

Pour le projet de site Web 2.0:
Enfin, d’autres liens relatifs au travail fourni pour le cours:
Bonne lecture!

Analyse d’un site Web 2.0 – Introduction

 

Le site desourcesure.com (DSS) est un site français d’actualités fondé fin 2006 par deux journalistes, Pierre-Louis Rozynès et Stéphane DemazureIl s’agit d’un média informatif de type permanent, c’est-à-dire qui se renouvelle sans arrêt, au gré de l’évolution de l’actualité. DSS traite de tous les sujets d’actu, de la politique à la culture, en passant par les people ou la technologie.

Il s’agit d’un site par « agrégation », c’est-à-dire qui a pour but non pas de rédiger des articles originaux, mais de collecter les informations les plus pertinentes trouvées sur le Web sur un sujet donné et de les rassembler pour permettre leur accès facilisé.

Published in: on 16 juillet 2008 at 10:17  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

Analyse d’un site Web 2.0 – Les auteurs

Pierre-Louis Rozynès  Pierre-Louis Rozynès

Pierre Louis Rozynès, Lyonnais, 47 ans (PLR pour les intimes) est le directeur de la rédaction. Poète, ancien rédacteur en chef de « Livres Hebdo » ou du « Nouvel Economiste », on le surnomme le « Woody Allen français » : très sérieux, mais décalé et drôle un peu malgré lui. Selon l’un de ses anciens associés, « il est journaliste avant tout, mais le visuel ne lui échappe pas. Il a le sens du texte, de la formule et des couvertures. Son style est cynique et critique.

Stéphane Demazure

Stéphane Demazure

Stéphane Demazure a rencontré Rozynès dans les années 80, au sein du groupe de presse Stratégies. Journaliste au « Nouvel Economiste », responsable des numéros spéciaux, il a créé, dans les années 1990, une petite agence de presse, « Editorial Régies ».

L’équipe est complétée par un webmaster et deux journalistes supplémentaires, ainsi que des stagiaires.

Published in: on 16 juillet 2008 at 10:16  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

Analyse d’un site Web 2.0 – Création du site, particularités et objectifs

 

« La création de Desourcesure ? Il faut faire le média qu’on a envie de voir et de lire. Prendre en compte que l’image et la vidéo mangent le reste. Créer une mise en perspective : des liens, d’autres vidéos, d’autres images, un peu de texte. En aucun cas, reproduire 25 ans d’expérience de presse écrite. .. »

Pierre-Louis Rozynès 

 

L’idée de départ du site était de créer un quotidien 100% Internet, mais, selon les auteurs, « cela s’est vite mué en un JT qui se lit et se regarde à tout moment de la journée. » Leur but était de se démarquer de la presse traditionnelle, plus assez attractive, et de créer quelque chose de plus ouvert, qui sorte des sentiers battus du journalisme. « Si j’étais sage, je ferais le deuil de la presse écrite, mais je ne peux pas », affirme Pierre-Louis Rozynès. En tout cas, le premier objectif était de « jeter par dessus-bord toutes les pratiques et les habitudes, tout ce qu’on enseigne depuis des lustres sans plus savoir pourquoi. » 

 

Le site possède un certain nombre de particularités. La première : la philosophie d’agrégation qui régit le fonctionnement du site. Pour les auteurs, le plus important est ce qui est dit, non pas qui le dit. Selon Rozynès, le but est que « le lecteur ait chaque jour le document qu’il faut avoir vu ou lu, soit parce que personne n’en a parlé, soit parce que tout le monde va en parler. » Une excellente revue de presse à portée de main, en résumé, pour ne plus passer plus de temps à chercher qu’à lire.

Il s’agit donc de trouver les sujets du net qui font l’actualité, et de les illustrer par différents angles de vue qui enrichissent le propos.  Ensuite, ils sont creusés et reliés avec d’autres événements ou idées. « L’intéressant, c’est de mettre l’info en perspective : les Guignols à côté du 20h. » 

Le leitmotiv des créateurs : « un média n’est pas un objet mais un moment. » Le média offre un moment, qui sera utilisé ensuite par le lecteur. Le site se veut le conciliateur des différents moments proposés par le Web. D’une certaine manière, cela permet également d’éviter la censure, parfois présente dans d’autres presses.

 

Seconde particularité : les illustrations. Mis à part le côté agrégation, le travail de DSS est aussi centré sur la recherche d’illustrations systématiques des informations. Les auteurs croient au principe de l’ « information-récréation », qui joue sur la connivence avec le lecteur : « s’informer et se détendre, c’est pas s’emmerder. » Une adéquation entre ce que les auteurs sont et ce que les internautes cherchent. Les textes sont relativement courts : peu de sujets sont développés de manière originale.

Voilà la raison pour laquelle DSS regorge d’images et de vidéos, en plus des nombreux liens déjà présents. Rien que sur la Une du 2 juillet 2008, on ne recensait pas moins de 98 images et 111 vidéos attachées aux articles proposés.

Cette relative agressivité visuelle est reconnue par les auteurs, qui en font également l’une des spécificités du site.

La "Une" de DSS

La "Une" de DSS

 

Troisième particularité : le ton utilisé. Mordant, critique, le site propose des choix de sujets, des titres, des angles de vue peu communs pour traiter l’actualité. A titre d’exemple, le « Classement des traîtres » de la campagne présidentielle, qui a eu un grand succès, ou le « Carla Hebdo » en hommage à la Première Dame de France. Les titres de rubriques même sortent de l’ordinaire (« Guerre et terrorisme », « Futur et techno »).

Toutefois, pas de ligne politique précise : selon Rozynès, « on se fait qualifier de gauchistes le matin, de people le soir. » La seule conception assumée est celle d’un capitalisme durable, ce qui n’empêche pas les auteurs d’être «  assez sceptiques quant à la suite des événements ».

 

Quatrième particularité : le nom. Le fait d’appeler le site « De Source Sûre » n’est pas innocent. Non seulement il propose un grand nombre d’informations, mais celles-ci sont sélectionnées par des journalistes professionnels. La confiance est très importante au yeux des auteurs : « C’est la confiance dans l’information que nous livrons, le degré de crédibilité des informations annoncées ou commentées et la fiabilité des documents montrés dans un monde de promo et d’intox. L’information circule, elle est transformée : sans source, quel crédit accorder à une nouvelle ? » 

 

DSS a pris son essor, comme d’autres sites d’information (Rue89 notamment), dans le sillage de la présidentielle française de 2007, à travers une couverture très large de l’événement. En juin 2007, il totalisait déjà près de 200’000 visites mensuelles, et la barre des 300’000 était franchie en août de la même année.

Published in: on 16 juillet 2008 at 10:16  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

Analyse d’un site Web 2.0 – Modèle économique, conception technique et graphique

 

De Source Sûre s’est développé comme une start-up, avec une mise de départ de 200.000 euros. Les auteurs ont convaincu deux amis financiers d’investir dans le site. Le financement est assuré par la publicité Web, comme la majorité des journaux Internet : une régie a donc été créée pour commercialiser l’espace du site. Pas question de pop-ups ou de fenêtres surgissantes. On peut donc dire qu’il s’agit d’un modèle publicitaire.

Le site est un site gratuit, sans fonction payante.

 

DSS a été conçu sur la base d’une plateforme Movable Type. Le but était de créer un média simple et souple, consultable rapidement en cliquant ou scrollant, qui puisse afficher un maximum de vidéos.

La conception graphique a été confiée à l’agence Bonnie and Clyde, créée en 2005 par Gildas Launay et Judith Perker, et qui se charge de communication et de marketing pour le Web 2.0 en s’appuyant sur un large réseau de pigistes, bloggeurs, concepteurs-rédacteurs ou infographistes. Cette agence a contribué à des sites prestigieux, tels que Skype ou Cosmopolitan.


Published in: on 16 juillet 2008 at 10:16  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

Analyse d’un site Web 2.0 – Fonctionnalités (rubriques)

 

Comme dit précédemment, la fonction principale de DSS est de mettre à disposition des internautes une somme d’informations médiatiques autour de thèmes précis d’actualité. Cela induit une grande quantité de textes, d’images et de vidéos consultables. Pour une utilisation simplifiée, ceux-ci ont été réunis en rubriques, recensées en haut de page. Une première ligne réunit les rubriques exclusivement liées à l’actualité, tandis que la seconde est constituée de rubriques plus « utilitaires ».

 

Dans la ligne supérieure, neuf rubriques aux titres accrocheurs concentrent des actualités allant de la politique française à la culture ou aux médias. Chacune d’entre elles est organisée de la même façon : à gauche, une colonne avec une série d’images sous-titrées (entre 20 et 40) renvoyant chacune vers un sujet d’actualité. La plupart des sous-titres sont sous forme de questions qui donnent envie d’en savoir plus.

Exemples de sujets d\'actualité (colonne de gauche)

Exemples de sujets d'actualité (colonne de gauche)

Au centre, une liste de dépêches brèves sur le thème de la page, par ordre chronologique (les plus récents en haut), extraits de différents sites d’actualités et répertoriés par Wikio.

Dernières dépêches

Dernières dépêches

Enfin, à droite, les principaux sujets et dossiers, avec grands titres, textes, images et vidéos.

Chaque article propose en outre un certain nombre de fonctionnalités :

   –    Envoi à un ami

   –    Abonnement au Flux RSS correspondant

   –    Commentaires

   –    Trackbacks

   –    Lien permanent

   –    Impression

   –    etc.

Chaque rubrique propose encore un lien direct vers Newsmap (voir plus loin).

 

Liste des rubriques 

·      La Une

Il s’agit de la page d’ouverture du site, qui recense les informations principales de l’actualité. La mise en page et la titraille sont configurées pour attirer le lecteur (Chronique « Depuis ce matin, il paraît que… », « Connaissez-vous… », etc.), de même que les textes (« Regardez », « Lisez », « Découvrez pourquoi… »).

Morceaux choisis des titres de la "Une"

Morceaux choisis des titres de la "Une"

Il s’agit de la page qui contient le plus d’images et de liens de l’ensemble du site.

En plus des composantes citées plus haut, dans la colonne de gauche, un encart nommé « Sources sûres », propose un certain nombre de liens vers d’autres sites d’informations générales (Rue89, Wikio, Google News, jeanmarcmorandini .com…).

 

·      Politique+Affaires

Cette rubrique s’intéresse actuellement principalement à la politique américaine (présidentielle 2008 ) et française (Nicolas Sarkozy, Carla Sarkozy, gouvernement…). Une chronique entière est consacrée à la Première Dame de France (« Carla Hebdo »), sorte de revue de presse qui suit l’évolution de sa popularité médiatique.

 

·      Guerre+Terrorisme

Rubrique au titre étrange s’il en est, elle est consacrée à la politique internationale, et s’intéresse par exemple actuellement aux FARC de Colombie ou d’autres sujets géopolitiques, mais aussi à certains faits divers internationaux.

 

·      Futur+Techno

Rubrique consacrée aux technologies et aux sciences, de l’architecture à l’environnement en passant par l’automobile, aux niveaux français et international.

 

·      Médias

Catégorie recoupant un peu les autres, puisque le site dans son ensemble s’inspire des médias et en est un. Une grande place est accordée à la relation entre politiques et médias, mais aussi au sport ou à la culture.

 

·      Sports

Cette rubrique ne s’intéresse pas à l’actualité sportive dans le sens de résultats de matches ou de comptes-rendus, mais plutôt d’anecdotes liées au monde du sport. Le sujet le plus traité est celui du football.

 

·      People

Principalement constituée d’anecdotes liées aux stars. A nouveau, une rubrique qui recoupe certaines informations trouvées ailleurs dans le site (sports, politique).

 

·      Vidéos

Catégorie très générale, puisque l’ensemble du site est étayé par des vidéos. DSS a d’ailleurs bâti une grande partie de sa popularité sur celles-ci, notamment en diffusant la fameuse vidéo de Nicolas Sarkozy au G8 l’année dernière, ou plus récemment celle du président filmé à son insu avant une interview de France 3.

·      Zapping

Rubrique actualisée chaque jour, qui offre un certain nombre de vidéos visionnables au sujet de sujets principalement politiques, accompagnées de titres et sous-titres très brefs.

 

Rubriques de deuxième ligne

La deuxième ligne est constituée de rubriques « secondaires », qui ne sont pas en lien direct avec le sujet principal du site, c’est-à-dire l’actualité. On remarque d’ailleurs qu’il s’agit de rubriques auxquelles moins de soin est apporté, tant au niveau de l’actualisation que du design (sauf pour Newsmap). Il s’agit plutôt de rubriques « utilitaires », qui semblent être là pour étoffer le contenu du site.

 

·      Qui sommes-nous ?

Cette rubrique a été créée fin mai 2007, donc près de six mois après la création du site, pour expliquer les buts et l’état d’esprit de DSS. Les créateurs y procèdent par différents points (chacun un paragraphe) :

1) Idée de base et création du site

2) « Philosophie » de fonctionnement (bref et original, plutôt tourné vers l’image)

3) Volonté de tri de l’information

4) Question du statut des médias et de la transparence de l’information

5) Objectifs et réalisation techniques

6) Modèle économique

7) Vision du monde

8) Conclusion

Ensuite, de la place est laissée pour les commentaires des internautes, très nombreux et partagés sur la méthode utilisée (cf. « Modèle de participation »).

 

·      Newsmap

Newsmap est un site qui cartographie l’actualité en temps réel. On peut parler d’ « agrégateur graphique » : remis à jour toutes les dix minutes, il compile l’ensemble des titres de dépêches de Google News venant de 11 pays différents. Il offre la possibilité de trier l’actualité de différentes manières, selon les pays ou la catégorie d’actualité, par exemple.

Le but : offrir une vision objective de la réalité (pas d’intervenant humain dans la sélection de l’information et dans sa mise en page). Quelques limites : absence de sources, sélection très automatisée, ce qui en fait plus un « exercice de style » qu’un véritable outil.

Newsmap

Newsmap

Newsmap est disponible à plusieurs endroits dans DSS, dans la « Une » (colonne de gauche, deux fois), ainsi que dans toutes les autres rubriques (colonne de gauche), et dispose d’une rubrique propre. Il s’insère parfaitement dans la philosophie de DSS, dans la mesure où il offre aux gens une pléiade de titres à développer hors du site.

Newsmap est également disponible sur d’autres sites d’information, comme par exemple « Rue89 ». 

Liens explicatifs concernant Newsmap  :

   –    outilsfroids.net

   –    espacestemps.net

   –    le site du créateur de Newsmap, marumushi.com.

 

·      Météo

La rubrique « météo » est en fait un lien direct pour le site de Météo France (page de prévisions de la journée pour la France).

 

·      Horoscope

Réalisé avec astroo.com, l’horoscope est renouvelé chaque jour. Il est étonnant de constater qu’il se présente sous la forme d’un article de blog comme un autre : il n’y a pas ici recherche d’effort particulier concernant le design de la page.

 

·      Jeux + Sudoku

La rubrique « Jeux » propose « Le jeu du jour (et celui d’hier) », qui est un lien vers le site  « Gaming Zone ». D’autres jeux plus anciens sont proposés (Sudoku, etc…).

Le jeu du Sudoku est repris dans une autre rubrique, à son nom.

 

·      Plateau télé

Cette rubrique propose les programme TV des différentes chaînes françaises (TNT) pour la journée. Il semble qu’il s’agisse ici d’une simple insertion de page Web à l’intérieur du site. A nouveau, peu d’attention est portée sur le visuel, c’est plutôt l’utilitaire qui prime.

 

·      Newsletter

Cette rubrique permet de s’inscrire aux services gratuits de newsletter et d’alertes (cf. Modèles de participation).

 

·      Archives

La sections d’archivage compile l’ensemble des articles et dossiers réalisés dans les différentes catégories depuis la création du site, triés par mois. Les plus anciens articles se trouvent dans la catégorie « Politique+Affaires » et datent de novembre 2006. Dans l’ensemble, on remarque que l’ensemble des rubriques ont débuté entre novembre 2006 et janvier 2007. L’accès aux archives est gratuit.

 

·      RSS

Il existe la possibilité de s’abonner au site au travers d’un flux RSS, qui permet d’être tenu à jour des différentes parutions sur le site. Le flux est fourni par FeedBurner, propriété de Google.

 

·      PLR

Il s’agit, d’une certaine manière, de l’ « éditorial » du journal en ligne. « PLR » sont les initiales de Pierre-Louis Rozynès, l’un des deux créateurs et administrateurs du site. Les billets y sont publiés de manière irrégulière, avec une fréquence d’un tous les deux jours à deux par jour.

Les thèmes traités sont variés, mais tournent généralement autour du thème des médias, de la politique ou des people (voire parfois des trois ensemble). A chaque fois sont associés un certain nombre de liens, vers des images, des vidéos ou d’autres articles.

Cette rubrique est intéressante, dans la mesure où c’est la seule à être vraiment « journalistique », c’est-à-dire à proposer une analyse développée (entre 20 et 60 lignes à chaque fois), dans un vrai style éditorial.

 

·      Recherche

Comme dans tout site qui se respecte, l’outil recherche par mot-clé est présent.

Published in: on 16 juillet 2008 at 10:15  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

Analyse d’un site Web 2.0 – Modèle de participation

 

Le site comptabilisait en septembre 2007 10’070 abonnés à la « une du jour ». Un profil-type avait été réalisé sur la base des 880 premiers inscrits, qui révélait une catégorie plutôt masculine, relativement âgée (la quarantaine), et assez aisée. Les auteurs nient toutefois être un journal de seniors, en comparaison par exemple à Libération (50 ans de moyenne d’âge).

Il s’agit donc d’une classe de personnes qui n’est pas forcément la plus portée aux fonctionnalités du Web, et peut-être moins habituée au fonctionnement « bloguesque » du site, ce qui en fait une de ses particularités.

 

Les différentes possibilités pour l’internaute de participer au site et d’être en lien avec celui-ci :

  • Après chaque article, opportunité est proposée de poster un commentaire, en laissant nom, prénom, adresse mail et URL de son site.
  • Chaque commentaire est « porté à la connaissance de l’auteur », ce qui signifie un certain contrôle de l’information.
  • Il est également possible de s’inscrire à la newsletter du site (qui paraît une fois par jour), ou aux alertes (à chaque fois qu’est publié un nouvel article). Les deux services sont gratuits.
  • Enfin, les auteurs sont joignables par courrier électronique.

 

Force est de constater que les commentaires ne sont malheureusement pas légion pour chaque article. Cela est peut-être dû à la tranche d’âge des internautes du site. On peut aussi postuler que, face au foisonnement d’articles et de sujets proposés, ceux-ci se trouvent un peu déboussolés.

Dans son essence, ce site n’est donc pas vraiment un site communautaire, participatif. D’ailleurs, les auteurs l’affirment : « nous, c’est plutôt 100% journalisme, 0% participation. »  Pas de trace donc de forum ou de contribution avancée de la part des internautes. Bien que formé sur une structure de type « blog » (courts textes avec vidéos, trackbacks, liens…), le but visé est plutôt un « zapping » de l’actualité par agrégation, sans forcément une analyse détaillée ou un débat. Toujours selon Rozynès, « le métier d’un journaliste, c’est de donner des clés d’information pour permettre au lecteur de se faire sa propre idée, pas de balancer n’importe quoi pour susciter des commentaires. Avant, les journalistes disaient au public ce qu’il devait penser. Aujourd’hui, la parole du public est devenue évangile. On est en plein « café du commerce » ! »

Il existe pourtant un certain nombre d’articles plus sujets à controverse, et donc plus commentés que d’autres. Par exemple, l’article « Fait divers : un vague critique agressé par une vague vedette », du 17 juin 2007, a laissé la place à une discussion animée, où les  auteurs ont aussi eu leur mot à dire.

 

Toutefois, la partie la plus révélatrice de l’avis et de l’implication des visiteurs est sans doute la partie « Qui sommes-nous », où les créateurs se présentent et expliquent leur démarche. Les commentaires laissés montrent une catégorie d’internautes expérimentés et documentés, proposant des critiques constructives et motivées. Cela ne signifie pas pour autant que tous les échos soient positifs pour autant ! Certains estiment que « desourcesure.com a envahi leur vie », d’autres ne sont « pas convaincus », mais dans l’ensemble, on sent un intérêt pour la question de l’information et de son traitement.

 

 

Published in: on 16 juillet 2008 at 10:15  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

Analyse d’un site Web 2.0 – Mentions légales


Le site expose ses mentions légales en lien de manière ouverte au bas de chacune de ses pages. En six points, le site explicite les régimes de responsabilité(s) concernant les informations et commentaires publiés : quelques extraits expliqués…

– Ni l’exploitant ni les fournisseurs ne sont responsables des dommages directs et indirects que pourrait causer l’utilisation du site et de ses documents, notamment au niveau de leur exactitude et de leur fiabilité, même s’ils s’efforcent de les garantir. Ils n’adhèrent pas forcément au contenu présenté.

– Comme l’exploitant n’exerce aucun contrôle sur les sites proposés en lien, il ne saurait être responsable de leur accès par les utilisateurs au travers de liens hypertextes.

– L’utilisateur qui publie un commentaire le fait à ses risques et périls, et l’exploitant se réserve le droit de ne pas publier ou de supprimer des commentaires, sans en avertir son auteur. Les réclamations ne sont pas prises en compte.

– L’usage personnel des documents présentés dans le site est permis à l’utilisateur, tant qu’il ne s’agit pas d’un usage commercial, collectif et exclusif. Tout autre usage nécessite l’accord écrit préalable de l’exploitant du site.

– La structure générale, les logiciels, textes, images, sons, savoir-faire et tous les autres éléments composant le site sont propriété exclusive de l’exploitant.

Published in: on 16 juillet 2008 at 10:15  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

Analyse d’un site Web 2.0 – Ce que l’on dit ailleurs de DSS

 

DSS n’ayant pas encore un riche passé derrière lui, les commentaires sur ce site restent assez difficiles à trouver. Dans l’ensemble, les analyses sont assez élogieuses : on souligne la nouveauté du concept, on parle de la méthode d’agrégation comme une « idée géniale ». Sur son blog « Balises », le journaliste Fabrice Frossard explique que « Internet change sans conteste notre rapport au réel, et c’est exactement ce qu’a fait le site desourcesure.com ».

 

Le « Big Bang Blog » parle des auteurs comme des « recycleurs les plus fûtés de la toile, bourrés de qualités ». Daniel Schneidermann, rédacteur de ce site, affirme qu’« on lira peut-être la même chose dans Le Monde la semaine prochaine. Mais en cinq fois plus long, et ça sonnera moins vrai. » Il ajoute : « Internet, ce n’est pas seulement du contenu, c’est aussi un art de la posture, et surtout une science du moment. Il ne s’agit pas seulement de dire et de faire circuler quelque chose. Il est plus important encore de le dire au moment exact. »

 

Ailleurs dans le même site,  un débat de fond très intéressant s’est mis en place sur une question : le job effectué par De Source Sûre est-il utile, ou ne s’agit-il que de parasites qui font de la mousse sur le travail des autres ? En réponse, un intervenant explique qu’il y a un décalage entre l’information en soi et l’angle qu’on lui donne. Ajouter une photo suffirait à donner une autre vision, et cela est difficilement dissociable du travail journalistique, « la question n’étant pas de savoir qui a donné l’info en premier, mais qui a été assez malin pour « cadrer » une info de telle manière qu’elle passe pour le scoop du siècle. »

Dans le même sens, un autre internaute affirme que « l’important n’est ni le « scoop » ni l’information elle-même mais ce qu’elle dit de nos moeurs, de notre société, de notre démocratie, et pourquoi elle le dit, et comment. Ne soyez pas les premiers, soyez les meilleurs. »

Pierre-Louis Rozynès intervient d’ailleurs lui-même dans la discussion, pour justifier sa démarche : « si chaque média ne sortait que des informations dont il est à l’origine, il y aurait combien de pages blanches dans la presse écrite ? Le métier de journaliste, c’est d’informer, pas de produire ni de reproduire, ça ce sont des moyens. »

Certaines critiques apparaissent également dans ce débat : ainsi, un internaute déplore un journalisme de « blasés fatigués, revenus de tout, qui ne savent que lâcher leur bave acide sur tout ce dont ils traitent, qui ne connaissent que la dérision, qui se donnent une allure, une pseudo-envergure morale de grands intellectuels à qui on ne la fait pas ». 

Un autre problème soulevé concerne la pérennité de l’information relayée : « l’info ricanante accroche plus, mais s’ancre moins et perd de son importance : « on le relève, juste parce que c’est rigolo » est sous-entendu, et l’info s’effrite d’elle-même faute d’approfondissement », relève un intervenant.

 

Aucun problème de sources n’est déploré par contre, celles-ci étant citées et établissant donc l’antériorité. Par contre, des critiques ont été formulées suite à un article concernant le réchauffement climatique, qui n’aurait pas été considéré avec suffisamment de recul par DSS et de manière trop partisane.

On peut encore trouver ça et là sur la toile quelques critiques très virulentes : « qualité rédactionnelle déplorable »,  « style virulent mais eux-mêmes supportent difficilement la critique »,  « bande de vieux gauchistes qui se rêvent en contre-pouvoir sur le Net », etc.

Enfin, DSS n’est jamais cité dans le débat d’actualité concernant l’indépendance des médias français face aux politiciens, ce qui permet de souligner une certaine liberté de ton et d’expression du site.

 

Dans l’ensemble, on voit donc qu’une majorité des avis formulés dans les articles et forums de discussion sont encourageants, mais que ceux-ci sont pondérés par un certain nombre de critiques sévères.

 

 

Published in: on 16 juillet 2008 at 10:14  Laisser un commentaire  
Tags: , ,

Analyse d’un site Web 2.0 – Critiques personnelles et propositions d’améliorations

 

La première critique que je formulerais par rapport à DSS est le foisonnement des liens mis à disposition sur une même page. Bien sûr, un important filtrage est déjà effectué par rapport à la masse de données proposées sur l’ensemble du Web, mais la première impression lors de l’ouverture de la « Une » est celle de ne pas trop savoir où aller. En fait, DSS n’est pas un site où l’on va chercher l’information, mais un site fait pour qu’elle nous tombe dessus. Une image appelle une information, qui elle même propose un lien vers une vidéo… C’est un mode de navigation très créatif, mais aussi très aléatoire. Dans ce cas, pourquoi ne pas pousser la logique plus loin, et proposer un site sans rubriques, où l’internaute se déplacerait « à l’aveuglette », au gré de ses inspirations du moment, en ne se basant que sur des liens ?

 

Une autre critique est la relative redondance de certaines informations. Retrouver Carla Bruni-Sarkozy dans la catégorie « Une », « Politique », « People » et « Média » peut finir par lasser, et donner l’impression que les auteurs essaient de faire beaucoup avec pas grand-chose. Une refonte des rubriques avec des titres plus clairs serait peut-être à envisager.

De plus, certaines rubriques, particulièrement de « deuxième ligne », tels les jeux ou l’horoscope, apparaissent comme réellement superficielles, et semblent vraiment être là pour remplir les vides, tant leur utilité et leur utilisation sont relatives.

 

Une question de fond peut enfin se poser sur la démarche du site : les auteurs proposent aux internautes un certain nombre de sujets, sur un ton volontairement décalé. Mais cela ne donne-t-il pas à l’information une connotation trop superficielle, qui éviterait les débats approfondis, et passerait « à côté » du sujet ? La question qui en découle est de savoir si le travail d’un journaliste peut se résumer à piocher dans de l’information pour la proposer brute aux internautes, ou s’il doit la « traduire » et l’approfondir. Le fait de mettre en lien différentes sources permet-il forcément de tout comprendre ? Il faut également garder à l’esprit le fait que le journalisme, même en livrant l’information brute, garde une grande part de subjectivité, ne serait-ce que dans le choix des sujets.

Un exemple intéressant à ce sujet : après la libération d’Ingrid Bétancourt le 2 juillet dernier, le site a publié un article qui relevait, vidéo à l’appui, que dans sa première déclaration après sa libération, elle ne remerciait pas le président Nicolas Sarkozy, mais uniquement Dominique de Villepin, ancien premier ministre. Le fait est que la vidéo présentée n’était en fait qu’un extrait, et que Nicolas Sarkozy y apparaissait, mais quelques secondes auparavant. Comme quoi la vérité peut être très sélective…

Published in: on 16 juillet 2008 at 10:14  Laisser un commentaire  
Tags: , ,